Correspondances

Publié le par acila

5190108865_431893cff3.jpg

 

 

   Cimetières et potagers ont les mêmes espaces nettement distribués. Carrés de choux ou enclos mortuaires, bordés d'une grille légère, c'est le même ordre à angle droit qui n'a rien à garder. Les habitants - plantes ou morts - sont si tranquilles. Ils n'ont besoin d'aucune police.

 

   Jardins et cimetières ont aussi, porteurs d'un arrosoir, les mêmes travailleurs penchés vers le sol.

 

   Marie Rouanet. Tout jardin est Eden.

 

 

 

 

   Jed l'ignorait alors, et Vanessa tout autant, mais les fleurs ne sont que des organes sexuels, des vagins bariolés ornant la superficie du monde, livrés à la lubricité des insectes. Les insectes et les hommes, d'autres animaux aussi, semblent poursuivre un but, leurs déplacements sont rapides et orientés, alors que les fleurs demeurent dans la lumière, éblouissantes et fixes. La beauté des fleurs est triste parce que les fleurs sont fragiles, et destinées à la mort, comme toute chose sur Terre bien sûr mais elles tout particulièrement, et comme les animaux leur cadavre n'est qu'une grotesque parodie de leur être vital, et leur cadavre, comme celui des animaux, pue - tout cela, on le comprend dès qu'on a vécu une fois le passage des saisons, et le pourrissement des fleurs, Jed l'avait pour sa part compris dès l'âge de cinq ans et peut-être avant, car il y avait beaucoup de fleurs dans le parc autour de la maison du Raincy, beaucoup d'arbres aussi, et les branches des arbres agitées par le vent étaient peut-être une des premières choses qu'il avait aperçues lorsqu'il était roulé dans son landau par une femme adulte (sa mère?), en dehors des nuages et du ciel.

 

   Michel Houellebecq. La carte et le territoire.

 

Publié dans Nature

Commenter cet article

flood 23/11/2010 21:50


Ah, oui, je m'étais arrêtée sur ce passage du roman que je trouvais très juste ! Vos correspondances sont parfaites ! Synchronicité


acila 24/11/2010 17:53



Merci de ta présence (on dirait une dédicace d'Yves Simon) fidèle sur ce blog.


J'ai lu ta critique du livre sur ton blog et je partage ton point de vue (je ne peux commenter sur blogspot les messages codés ne s'affichant plus!). Je ne suis pas critique et je vis
aujourd'hui.