...j'ai pensé à une petite stupéfaction

Publié le par acila

qui m'est tombée sur le coin du nez, il n'y a pas si longtemps. Alors que nous jouiions tranquillement à la grue, Monsieur Po et moi, maman monsieur Po est arrivée et s'est dit que ce serait bien s'il me montrait ses cahiers de l'école. Il est allé les chercher et les a mis sur la table. J'en ai pris un; il y avait des textes dedans, des poésies et/ou des chansons que je ne  connaissais pas.
  Je lis un titre : lapin, lapinus. Monsieur Po me reprend immédiatement et d'un ton sans appel : NON ! lapin, lapinOUS ! Ah ben oui (je suis bête), c'était pour voir si tu suivais. Hum. Et sinon tu sais comment on dit réellement lapin en latin ?
  Histoire de ne pas casser l'ambiance, j'ai poursuivi et je lui ai demandé s'il s'en rappelait de cette histoire de lapin (tiens comme par hasard, encore ce foutu rongeur). Il m'a clairement démontré que oui, en me la récitant, d'un trait. C'est bien dis donc ! (heureusement, il n'a pas dit donc), voyons voir une autre : et celle-là ? (la suivante). Ah aussi, il s'en rappelle, ils ont fait des révisions avant les vacances ou bien ? : e
t celle-ci ? et celle-là ? et celle-ci ? et celle-là ?* .............................................
  Le petit jeu n'a cessé que lorsque j'ai eu passé tous les textes (une bonne vingtaine facile). A chaque nouvelle récitation, j'étais un peu plus décomposée. Rien n'a résisté, il a tout débité de la poésie un peu sophistiquée avec des mots appartenant clairement au registre soutenu aux compositions d'une page entière, grand format bien sûr.
  Vers la fin, il a eu pitié de mon malaise et il a voulu faire un geste (pour que je puisse raccrocher ma mâchoire inférieure discrètement ?). Il s'est mis à suivre avec le doigt en regardant la feuille. Bien essayé, mais la phrase que tu récites là c'est justement celle qui est cachée sous ton doigt; alors si tu veux me dire qu'en plus tu sais lire et que tu vois à travers la chair : vas-y, te gêne surtout pas! Au point où j'en suis.
  Bien sûr, avec ce choc immense (parce que quand même ne venez pas me dire que c'est normal cette affaire là, même si à l'école on leur fait du bourrage de crâne, que le cerveau est supra-malléable tout ça tout ça, moi je dis y a du mystère profondément opaque là-dedans) *je n'ai personnellement rien retenu d'autre que ce lapin, lapinous . Que voulez-vous je n'ai plus jamais eu la mémoire de cet être étrange de, ah ben oui, 4 ans. Dominus, domine, dominum. Amen.

Commenter cet article

loula 24/01/2010 22:32


et bien monsieur po est un petit génie de 4 ans épuisant....
Je te souhaite une bonne nuit pour te relaxer Acila...


acila 27/01/2010 00:11


hé oui j'ai désormais compris pourquoi son frère est désespéré de ne pouvoir s'en débarasser ! Merci et à bientôt Loula


Le Journal de Chrys 23/01/2010 20:36


Allez réjouis-toi!!!!


acila 24/01/2010 06:50


Hé hé !


JMP 20/01/2010 20:47


En tout cas merci de nous en faire profiter... après, sur la question de la trace, de la mémoire et de l'auto effacement, il y aurait bp à dire et ça dépasserait certainement le cadre dévolu à ces
commentaires.
ps : j'adore les phrases barrées dans vos textes. J'ai toujours pensé que l'essentiel est toujours barré ou entre parenthèses...


acila 20/01/2010 21:03


Oui en effet,
ce qui me fait penser à un film assez barré (pour reprendre votre terme et le détourner quelque peu) que j'ai vu récemment  : Synecdoche, New York de Charlie Kaufman où le créateur met en
scène sa propre vie.
ps: peut-être bien;  en tout cas, on peut aussi y voir une influence très nette d'un coup de coeur littéraire  (évoqué maladroitement sur ce blog et rangé dans les inclassables) à
savoir
Des néons sous la mer de Frédéric Ciriez.


acila 20/01/2010 20:26


Et voilà que j'apprends que Super Nanny a décidé de quitter la terre à l'instant même où ce billet a vu le jour !


JMP 20/01/2010 09:09


En même temps, l'amnésie c'est pas mal non plus...


acila 20/01/2010 20:29


Oui enfin c'est tout de même alors une sorte de triche. C'est pourquoi l'objet de ce blog est de mener une lutte durable contre mon auto-effacement.