Tous les matins du monde sont sans retour

Publié le par acila

 



Je ne connaissais pas ce film jusqu'à ce qu'il me saisisse. Et vous, connaissez-vous la viole de gambe ?
C'est l'histoire du maître musicien Jean de Sainte-Colombe. (Bon déjà avec un nom pareil il y a de quoi faire quelques petits coucous aux anges). Un compositeur et un repousseur de frontière : il ajouta une corde à l'instrument, ce qui lui en fait désormais... 7 (tiens, comme par hasard !) histoire de mieux visiter les basses.
Il est décrit comme un homme austère et reclus, farouche et sombre (pour ne pas dire un sauvage) dans le résumé de présentation. Or ce qui se passe, c'est le début du film (donc je ne dévoile pas un grand mystère) c'est qu'alors qu il joue pour accompagner un mourant, sa femme meurt; le destin et ses voies impénétrables ont parfois de drôles d'harmonies ( si je puis me permettre). Du coup il est un peu dégoûté de la vie parce que voyez-vous il aimait beaucoup sa femme.
Il vend alors son cheval, et se retire dans un petit cabanon au fond du jardin dans le verger. Il a deux filles, à qui il va transmettre son art, et le trio donnera des concerts à domicile.
Passe par là, un jeune homme qui veut devenir son élève et un peu comme dans le Titanic (oups) c'est cet élève devenu vieux qui est le narrateur de la rencontre entre ces deux là.
Jean de Sainte-Colombe est interprété par Jean-Pierre Marielle et un maître pour en interpréter un autre, je ne vous explique pas le truc, je vous conseille juste d'y aller voir - si ce n'est déjà fait (car le film a 20 ans).

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

JMP 16/01/2012 21:37

J'ai bp aimé ce livre. Il y avait cette phrase magnifique de nostalgie et de mélancolie qui a donné le titre, puis une autre qui disait à peu près : "La vie est belle à proportion qu'elle est
féroce" (ou "cruelle", je ne sais plus. Cruelle sonnerait mieux mais je crois que c'est féroce)...

acila 17/01/2012 20:50



Ce n'est pas à peu près, votre citation est complètement exacte (bravo !!) et oui je me souvenais également du moment assez féroce où elle est prononcée. Je ne connais pas le livre en revanche.